Reproduction

Les mâles et les femelles se ressemblent. Les femelles sont en générales un peu plus grosses (à cause des masses ovariennes). La maturité sexuelle est atteinte en 12-18 mois. 
Pour certaines espèces, comme D.leucomelas, le mâle chante et se bagarre volontiers avec d'autres mâles. Pour cette dernière espèce, les disques adhésifs des pattes avant des mâles sont plus larges que ceux des femelles (chez les spécimens adultes).

Une nourriture particulièrement abondante et surtout variée est également nécessaire pour avoir plus d'oeufs, donnant des têtards en meilleure santé.

Le mâle chante pour attirer la femelle. Il l'attire ensuite jusqu'au point qu'il a choisit pour la ponte. Puis il lui monte dessus pour l'amplexus. 
Pour certaines espèces tel D.tinctorius et D. azureus, c'est très souvent la femelle qui vient en premier se frotter au mâle, déclenchant ainsi la parade amoureuse.

Pontes :

  •   D.azuréus, D.auratus, Phyllobates vittatus, E. tricolor ou D.leucomelas vont pondre quelques oeufs (peu nombreux : 2 à 10, sauf P.vittatus qui peut pondre 25 oeufs) sur une surface humide (mousse, par exemple ou une petite coupelle en plastique avec quelques gouttes d'eau), généralement à l'abri de la lumière (une noix de coco renversée fait l'affaire), mais pas dans l'eau. 
Certains éleveurs laissent les coupelles en plastique totalement sèches (mais l'atmospère du terrarium est humide), et ne contrôler visuellement les pontes qu'une fois par semaine (à mon avis, il faut le faire au moins 2 fois par semaine, sous peine de se retrouver avec des pontes desséchées). Les oeufs peuvent donc rester au sec quelques jours, sans problème. Mais ils rajoutent un peu d'eau après avoir constaté la ponte.
     
  •   D. ventrimaculatus pond 10 à 12 oeufs dans l'eau. Il faut donc prévoir plusieurs petits récipients remplis d'eau (tubes de pellicule photo, par exemple).

Il est rapporté par certains que quand elles ont le choix, les dendrobates pondent plutôt en hauteur. Cela a été constaté dans des terrariums ou existent des boites de pétri recouvertes d'une noix de coco, posées au sol, mais aussi des boites de pontes accrochées aux plantes ou au parois du terrarium, à 40-50 cm du sol. 
Pour ces dernières boites, on utilise des boites de pellicules photo pour les petites espèces, et des pots de yaourt pour les plus grandes. On peut "habiller" ces pots à l'extérieur (pas à l'intérieur) en les enduisant de colle silicone et en les recouvrant de tourbe ou d'écorces.
Sauf dans les cas rares d'espèces pondant dans l'eau (type ventrimaculatus), les boites de ponte sont vides d'eau, et placées inclinées à 45° dans un endroit pas trop éclairé (pas forcément à l'ombre).
Les grenouilles préféreraient ces lieux de ponte aux boites de pétri. Vous pouvez donc leur proposer les deux.
Prévoyez plusieurs lieux de ponte possibles : les grenouilles ont parfois des préférences incompréhensibles à nos yeux.

Les couples novices peuvent rater quelques pontes, en ne fertilisant pas les oeufs, voire en pondant de la gelée sans oeufs.

Gestion des oeufs

  •   artificielle : 
Au bout d'un jour ou deux (pour être sûr qu'il y a fertilisation - on peut même attendre une semaine), retirer le pondoir ou se trouve les oeufs. 
* Certains les placent dans un petit récipient. Le récipient contiendra plusieurs épaisseurs de sopalin, très mouillé, mais pas d'eau libre. Les oeufs sont posés dessus. 
* La méthode que j'utilise : le pondoir est rempli d'eau sur 2 mm : le haut des oeufs doit dépasser IMPERATIVEMENT de l'eau. C'est à mon avis plus simple, et plus sur, puisqu'il n'y a pas à manipuler les oeufs, mais seulement la boite ou ils se trouvent. On change ce fonds d'eau tous les 2 jours. 
Remettez tout de suite une boite de ponte : quand elles sont lancées, les femelles peuvent pondre tous les 15 jours. 
Dans les 2 cas ci-dessus, laissez les oeufs dans la pénombre (sous un cache en carton, par exemple). Température d'incubation : 20-25° (mieux vaut 22°, à mon avis). Au bout de quelques jours, les oeufs blancs, non fertilisés seront retirés au cuter PRUDEMMENT, pour éviter les moisissures. 
Au bout d'un quinzaine de jour, les oeufs sont prêt à éclore. Si vous utilisez ma méthode, il n'y a rien de particulier à faire : l'eau est déjà là. Dans le cas inverse, il faut mettre 1 à 2 mm d'eau : ils serviront à accueillir les têtards naissants. Après la naissance, les têtards sont maintenus séparés les un des autres (un verre suffit largement pour un têtard) car ils sont parfois cannibales. 
Cas particulier à D.ventrimaculatus : les oeufs étant pondus dans l'eau sont directement placés dans des verres séparés.
     
  •    naturelle : 
On peut laisser les parents s'occuper de leurs petits. Lorsque les têtards éclosent sur la mousse humide ou ils ont été pondus, les parents les transportent un par un vers des petits récipients remplis d'eau ou ils seront soigneusement isolés : fleurs de broméliacées ou petits récipients (type boite de pellicule photo) placés dans le terrarium. Ces récipients doivent être déjà remplis d'eau. Bien sur, cette eau devra être changée régulièrement. Attention, les parents ne mettent qu'un têtard par récipient. Les têtards en surnombre sont sacrifiés.
     
  •   Cas particulier de P.vittatus : 
Les têtards ne sont pas cannibales, et peuvent donc être élevés tous ensemble dans un petit aquarium à l'eau fréquemment renouvelée, voir dans le bassin du terrarium ou se trouve les parents.

Quelque soit la méthode, l'eau doit être à 20-25°, pas trop calcaire (mais pas forcément osmosée, contrairement à ce qu'on lit parfois), et changée très souvent (1 fois par jour), en veillant bien à enlever les saletés et la nourriture non-consommée qui est au fonds. Les têtards sont surtout carnivores. On les nourrit avec des paillettes aquariophiles (plutôt à base de viande ou de poisson) réduites en poudre, des artémia, du tubifex. Certains utilisent un peu de spiruline ou d'épinard. 
La société SERA distribue SPIRULINA, des pastilles enrichies en spiruline et en vitamines pour poissons tropicaux. Cette nourriture (en magasin d'aquariophilie) est parait-il excellente pour les têtards. On leur donne 1 ou 2 petits fragments de pastille, et on les changent toute les 24 ou 48H.

N'oublier pas de baisser le niveau de l'eau à quelque millimètres au moment de la transformation (risque de noyade) et de mettre un endroit ou la grenouille peut sortir de l'eau. Les grenouillettes ne sont alors plus dans leur verre, mais dans un petit terrarium (très humide), avec leurs frères et soeurs.

Les petites grenouilles sont nourries comme les adultes, mais en privilégiant D.Mélanogaster, plus petite. On peut aussi essayer les pucerons. Parfois, il faut même des collemboles encore plus petits. Les jeunes peuvent mettre quelques jours à se nourrir, alors pas de panique s'ils ne mangent pas dès le premier jour de leur sortie de l'eau. 
La quantité de nourriture doit être élevée : les animaux doivent baigner dedans. La qualité (variété des proies, complémentation aux vitamines) doit aussi être au rendez-vous. C'est impératif.

A noter qu'il existe des sites Internet ou des éleveurs déclarent élever leurs têtards dans des aquariums collectifs, avec des changements fréquents d'eau. Cette méthode inorthodoxe et considérée comme dangereuse serait cependant utilisable, tout en simplifiant l'élevage.
 Je confirme, pour avoir essayé, que cela marche pour certaines espèces. Il y a quand même une tendance territoriale et à des agressions. Il faut pour le moins un certain volume, avec des plantes et des cachettes.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site